Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Une série d'événements est prévue ! Venez vous inscrire marché de noel
pour un peu de mouvement dans la vie de vos personnages !
Si t'aimes le suspens, les surprises et que tu veux un RP en plus,
viens t'inscrire à la loterie RP, nous avons besoin de participants pour lancer les jeux ! ♥
N'hésitez pas à privilégier les groupes Hail to the King & Shepherd of Fire
ces derniers sont en sous-nombre par rapport aux autres !
Un défi est lancé jusqu'à mi-février, il s'agit de la chasse aux coquilles !
N'hésitez pas à y participer pour gagner des points, voire le gros lot si vous êtes le meilleur !

heart red dressed ❆ LadyFish
Voir le profil de l'utilisateur Alaska Bahnsen
Modo ❆ shaft of sunlight

Alaska Bahnsen



Âge : 17 ❆ de belles années à venir, elles ne pourront être pire en tout cas
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne
Quartier : Northside

Date d'inscription : 18/08/2018
Messages : 252
Points : 513
Avatar : Kseniya
Multicomptes : Love game gold member ; Aura ❆ Sunshine Gal ; Nevaeh
Crédits : signa ❆ crackintime. ☽




#Ven 9 Nov - 23:38Message
heart red dressed
LadyFish

Je n'ai pas pu me résoudre, je n'ai pas pu combattre mes démons depuis ce jour où Claire a intégré les urgences de l'hôpital général de de Riverdale. Je ne supporte pas les hôpitaux, je ne supporte pas non plus les médecins. C'est un véritable enfer à chaque fois, je n'ai jamais pu aller voir mes proches à l'hôpital, même pas ma famille. Peu importe la gravité de la situation, il y a comme un champ magnétique qui se forme devant moi, qui me donne la nausée, qui me fait trembler, qui fait que mon cœur s'emballe pour de mauvaises raisons. C'est cette phobie invivable qui fait que je ne suis pas venue plus tôt.

Par l'intermédiaire de Sweet Pea j'avais pu passer à Claire un cadeau. Elle l'a sans doute ouvert depuis sa visite. Le cadeau contenait des croquis que j'avais fais d'elle, et une peinture, assez petite pour rentrer dans ce carton. Aucun message, parce que ce n'était pas nécessaire. Elle saurait. Je le savais qu'elle saurait. C'était ce fameux jour où je l'avais vu dans ma robe rouge. J'avais travaillé longtemps sur ce dessin, enchaînant quelques brouillons pour pouvoir donner une œuvre parfaite. Elle a pu ouvrir ce carton depuis, et découvrir ce que je faisais, quand elle s'était approchée de moi dans la salle d'arts.

Suite à la visite de Sweet Pea j'avais pu le rencontrer lors d'un rendez-vous convenu, pour qu'il me donne des nouvelles de la jolie rousse. C'est peut-être bête, mais c'est grâce à lui, ce jour là, que je me suis décidée à braver ce champ magnétique.

Me voilà devant l'hôpital général de Riverdale. Pour la troisième fois. A ce qu'on dit, jamais deux sans trois. Ca doit être vrai. Je porte cette robe rouge que Claire a eu le temps de me rendre avant les événements. Avant ce carnage qui a détruit mon cœur. Avant ce carnage qui l'a atteinte. Ce n'est pas la meilleure couleur à porter, j'en suis bien consciente, mais elle a cette signification.

Je m'avance, petit à petit, la tête baissée. Je ne veux pas imaginer ce que c'est, mais je n'ai pas le choix, je devrais le vivre. La. Dans un instant. Je souffle doucement, je me sens déjà mal. Je dois le faire pourtant. Je m'avance encore, puis la porte s'ouvre. L'odeur de ces lieux vient me provoquer des nausées. Tant bien que mal j'atteins le comptoir de l'accueil. « Je voudrais voir.. Cl.. Claire Landry.. S'il vous plaît. » Je me mords la lèvre, mon état empire sans doute à vue d'oeil mais je ne peux plus reculer. Elle est là, la dame avec sa blouse blanche, à me donner les indications pour rejoindre la jolie rousse. Je n'attends pas plus longtemps pour arpenter les couloirs, pour suivre les directives données. C'est au bout de quelques minutes, après avoir sans doute pris le mauvais chemin quand même, que j'arrive devant la chambre de Claire.

Je suis devant. Je dois être terrible à voir, parce que ma tête surchauffe, mon cœur s'emballe, comme si je venais d'être frappée par une grippe soudaine, alors que ce n'est qu'un état de stress. J'ai toqué. Je rentre une fois qu'elle me l'autorise, puis je reste plantée là, hésitante. Elle est là, sur le lit de l'hôpital. Réveillée. Elle me regarde. Je n'ai d'yeux que pour sa personne, je ne remarque aucun autre détail que ceux qu'elle possède. Après hésitation je me rapproche quand même, ramenant une chaise près d'elle pour m'y installer. Puis, d'un geste doux et avenant, ma main vient se poser sur la sienne alors que je murmure enfin quelques mots manquant d'air.

« Cl.. Claire.. Désolée de ne.. De ne pas être venue avant.. Comment.. Tu te sens ? »

J'ai peur. D'être maladroite, de dire ce qu'il ne faut pas, qu'elle ne veuille pas spécialement me voir. Tout me vient en tête pour que j'ai à m'enfuir, mais l'odeur est différente. Il y a celle de Claire, celles de fleurs qui traînent non loin aussi.
made by black arrow


(c)crackintime
you have so much
but are always hungry for more
stop looking up at everything you don't have
and look around at everything you do
where the satisfaction lives
http://godhatesus.forumactif.com/t371-alaska-and-one-day-light-came-to-me#4920http://godhatesus.forumactif.com/t374-alaska-midnight-sun
Voir le profil de l'utilisateur Claire Landry
Do I Wanna Know ?

Claire Landry

Âge : 16 ans
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne à Riverdale High
Quartier : Southside

Date d'inscription : 29/07/2018
Messages : 179
Points : 692
Avatar : Luca Hollestelle
Multicomptes : Brandon & Azan & Akasha
Crédits : midnight blues

#Jeu 15 Nov - 3:03Message

Heart Red Dressed
Ladyfish

« Maybe I’ve been always destined to end up in this place, I don't mean to come off selfish, but I want it all. Love will always be a lesson, let's get out of its way. »
Les médecins disent que je vais m’en sortir. Enfin, je suis tirée d’affaire depuis le moment où je me suis réveillée, mais je suis restée dans le flou pendant un moment. Ils ne savaient pas vraiment comme mon trou allait se comporter suite au retrait de la balle. Je crois que je suis une miraculée. N’importe qui aurait dû crever sur le coup avec une balle qui perfore les poumons, mais il faut croire que je suis une survivante. J’aime un peu trop la vie pour mourir maintenant, de toute manière. En plus, cet incident m’aura fait réaliser que je ne suis pas vraiment toute seule dans cette ville, comme je l’avais imaginé pendant un petit moment. Je suis encore toute nouvelle ici et pourtant je connais la ville comme ma poche. Je ne m’attendais pas à recevoir quelques messages, encore moins des visites.

Sweet Pea fut le premier à venir me voir et j’étais encore dans un sale état. L’opération était encore récente, donc je n’étais pas encore tout à fait remise mentalement et puis il y avait la dose de morphine injectée dans mon sang pour m’éviter de souffrir le martyre. Quand ils ont voulu tester comment ça faisait sans anti douleur, j’ai cru que j’allais mourir sur place tant c’était horrible à supporter. On s’en rend pas compte quand on est sous anti douleur de A à Z, mais punaise c’que ça tue. Enfin bref, Sweet est venu me voir, c’était un peu bizarre parce que je ne pensais pas qu’il se serait inquiété pour moi, c’est un peu le mec à qui j’ai parlé qu’une fois dans ma vie avant ça, mais ça m’a montré qu’il était un mec sympa dans le fond. Maladroit, comme moi mais d’une manière différente, malgré tout sympathique. En plus, il m’avait transmis un cadeau de la part d’une inconnue. D’ailleurs, une fois qu’il était parti après m’avoir fait la morale, j’avais ouvert le paquet. J’étais surprise en découvrant de quoi il s’agissait. Il y avait plusieurs croquis de moi et une petite peinture aussi. Le trait, les couleurs, tout était sublime, vraiment. Je ne pouvais le dire avec certitude, mais je ne voyais personne d’autre qu’Alaska pour être l’auteur de ces œuvres. Elle m’avait dit qu’elle dessinait et lorsqu’elle m’avait sauvé la vie en me prêtant sa robe, je l’avais surprise à dessiner quelque chose, sans savoir quoi. J’ai eu un grand sourire bête en découvrant le contenu de ce carton.

Ce jour-là, je peux dire que ça allait un peu mieux même si mes nuits demeuraient compliquées malgré la morphine. J’ai un trou dans le poumon quand même, ma respiration est juste insupportable. Je m’entends et me sens siffler, je me mets même à pleurer parfois tant j’ai peur que ça ne change pas. Je ne tiendrai pas longtemps avec des nuits écourtées par cette respiration de merde. En tout cas, heureusement qu’il y a ce petit tableau de moi à côté, sur ma table de chevet. Je l’ai installée fièrement pour que, quand on vient me voir, je puisse dire que j’ai rencontré une personne super qui peint super bien.

Quelqu’un frappe à ma porte, ça doit être ma mère alors je dis à la personne d’entrer. Sauf que lorsque la porte s’ouvre enfin, je peux découvrir qu’il s’agit d’Alaska. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle vienne puisqu’elle ne m’avait pas offert le cadeau en personne. Je me suis figée en la voyant, bouche bée et m’arrêtant de respirer sans le faire exprès. Sauf que ne plus respirer quand on a un trou dans le poumon, c’est une mauvaise idée. Ce qui me ramène à la réalité, c’est quand je me mets à tousser par manque d’air. Elle s’approche finalement, s’installant sur une chaise. Elle pose sa main sur la mienne et je crois que je deviens toute rouge derrière mes taches de rousseur. Puis elle me parle, me dit être désolée de ne pas être venue plus tôt tout en me demandant comment je vais.

« Je… Je vais bien, fin, ça va, j’aurais pu être morte, mais j’suis vivante, donc je crois que ça va. »

Je dis n’importe quoi mais bon, l’idée passe, je vais relativement bien, on va dire. Pour quelqu’un qui est à l’hôpital et qui a passé plusieurs heures en réanimation, on peut pas dire le contraire.

« C’est cool que tu sois là, en plus, j’ai adoré ton cadeau ! T’as un vrai talent… »

Ça y est, les mots reviennent à peu près à un débit normal et dans un ordre plus ou moins logique.

« Ça va toi ? »

Dis-je avec le souffle légèrement coupé. Bah oui, dès que je parle, ça recommence. Mais je sens bien qu’elle n’est pas à l’aise et j’sais pas trop pourquoi.

(c) DΛNDELION



Voir le profil de l'utilisateur Alaska Bahnsen
Modo ❆ shaft of sunlight

Alaska Bahnsen



Âge : 17 ❆ de belles années à venir, elles ne pourront être pire en tout cas
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne
Quartier : Northside

Date d'inscription : 18/08/2018
Messages : 252
Points : 513
Avatar : Kseniya
Multicomptes : Love game gold member ; Aura ❆ Sunshine Gal ; Nevaeh
Crédits : signa ❆ crackintime. ☽




#Dim 18 Nov - 12:11Message
heart red dressed
LadyFish

Il n'est pas sans dire que celle qui est dans le pire état, ça n'est pas moi. Il n'y a rien qui puisse changer ça malheureusement, lorsque je sortirai d'ici, j'irai forcément mieux. Il suffit que je quitte cet endroit pour que ma température redevienne normale, et que je n'ai plus la sensation qu'on a juste avant de perdre connaissance. La tête qui tourne. La chaleur. Le manque d'air.. C'est ce qui a fait toussé mon amie avant que je ne m'installe. J'aurai souhaité que ça n'arrive jamais, à qui que ce soit, mais encore moins à elle. Savoir qu'elle s'en sort est déjà une bonne nouvelle, bien entendue, je ne peux qu'être ravie que son corps se batte à ce point pour rester avec nous. Je souris bêtement à ses mots, parce que je suis soulagée qu'elle puisse me répondre, déjà, puis que ça aille un minimum. Bien entendu, que ça ne va pas, bien entendu qu'elle doit se repasser la scène dans sa tête, qu'elle doit gérer une respiration contraignante et digérer le fait qu'on lui a tiré dessus. Ca ne va pas. Je le sais bien, je le conçois très bien. Seulement elle est là, devant moi, avec ses rougeurs comme sur le tableau. Le tableau qu'elle a apprécié, d'ailleurs. Elle me le dit. Je relève la tête et je finis par l'apercevoir, près du lit. Elle l'a exposé fièrement. C'est alors que j'en souris encore plus bêtement que tout à l'heure. Touchée, je tiens un peu plus sa main alors que mon regard se pose à nouveau sur son visage aux douces rousseurs.

« Je suis contente qu'il te plaise.. Il me tenait à cœur, mais.. Je voulais que tu l'aies. Quand.. Quand j'ai su que tu étais là, j'ai tout de suite pensé à te l'amener. »

Puis elle me demande si je vais bien, aussi. Je baisse les yeux alors que mes doigts appuient un peu sur sa paume.

« Ca va.. Je suis juste.. Phobique des hôpitaux.. »

Je reporte mon attention sur Claire, les yeux quelques peu brouillés par l'émotion. Je suis ici juste pour elle, parce que Dieu sait que mon corps, mon cœur, mon âme sont en plein naufrage rien qu'à la pensée de ce genre d'endroit.

« J'ai essayé.. De venir avant.. Mais. C'est grâce à Sweet Pea que j'ai trouvé un peu plus de force.. Enfin, tu parles d'une force.. Enfin, je n'ai pas envie de parler de ça, tu sais, je voulais juste. Enfin, te voir.. »

Loin de là l'envie de me lamenter sur un quelconque état de panique interne qui est en train de me broyer le crâne. Parce que mon cœur ne s'emballe pas pour ma simple entrée dans l'établissement. Non. Mon cœur s'est emballé peut-être la deuxième fois que j'ai vu Claire. Je ne sais pas. J'ai peut-être refusé d'admettre une attirance quand je lui ai fais la visite du lycée, et ça n'est que quand je l'ai vu dans la tenue que je porte aujourd'hui que j'ai eu un déclic. Je peins rarement les personnes que je connais, hormis mon frère, qui fait souvent office de modèle pour mon art. Je ne peux pas lui dire que je suis là parce qu'elle me plaît, à quoi ça rimerait, et puis, la probabilité pour que ça puisse être partagé est tellement petite. Je souris un peu plus puis je rapproche ma chaise sans pour autant lâcher sa main. Mon état se stabilise un peu, mais c'est surtout une lutte que je me fais à moi-même. Ma main de libre vient filer à travers la chevelure rousse de mon amie tandis que je lui offre mon plus doux sourire.

« Je suis contente d'avoir réussie à venir.. Je ne te promets pas que.. J'y arriverai une seconde fois, alors.. J'espère que ça ne te dérange pas que je reste un peu ? »

Je ne pourrais pas revenir, je le sais, parce que ça m'achèverait. Une deuxième fois serait bien trop dure pour moi, même si elle en a besoin, je sais que sa mère prendra parfaitement mon relais si jamais, ou Sweet Pea. Ou d'autres.. Elle n'a pas que moi après tout, c'est certain. Si ça se trouve elle a même un petit ami.
made by black arrow


(c)crackintime
you have so much
but are always hungry for more
stop looking up at everything you don't have
and look around at everything you do
where the satisfaction lives
http://godhatesus.forumactif.com/t371-alaska-and-one-day-light-came-to-me#4920http://godhatesus.forumactif.com/t374-alaska-midnight-sun
Voir le profil de l'utilisateur Claire Landry
Do I Wanna Know ?

Claire Landry

Âge : 16 ans
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne à Riverdale High
Quartier : Southside

Date d'inscription : 29/07/2018
Messages : 179
Points : 692
Avatar : Luca Hollestelle
Multicomptes : Brandon & Azan & Akasha
Crédits : midnight blues

#Lun 19 Nov - 23:41Message

Heart Red Dressed
Ladyfish

« Maybe I’ve been always destined to end up in this place, I don't mean to come off selfish, but I want it all. Love will always be a lesson, let's get out of its way. »
C’est con comme un simple tableau peut rendre le sourire immédiatement. C’est ce qu’il s’est passé le jour où je l’ai déballé. Ça me rappelait ce jour, ça me rappelait surtout que ma vie ne se résumait pas qu’à la soirée chez Pop’s qui avait dégénéré. J’ai eu tendance à l’oublier ces derniers temps, mais grâce à ce tableau, grâce à cette attache au monde réel, je sais qu’il y a autre chose. Je sais qu’il y a des personnes sur qui compter et je sais que ça ira mieux, même avec un trou dans la poitrine. J’explique donc à Alaska que je vais bien, pour quelqu’un qui est dans un lit d’hôpital quoi. Quant à elle, je ne sais pas si c’est parce que ma vision est un peu troublée par la morphine qui reste dans mon sang, mais elle a l’air d’être assez mal. Je suppose qu’il y a quelque chose, alors je lui demande si ça va elle aussi.

Elle dit être heureuse que ça me plaise. Je me doute que c’est une réaction normale, ce serait bizarre d’offrir quelque chose à quelqu’un et de voir que la personne aime le présent. Ou alors, ce serait après avoir offert un cadeau empoisonné, mais ce n’est pas le genre d’Alaska, non, je ne la connais pas par cœur, mais je sais que c’est une bonne personne. Elle m’explique finalement qu’elle a la phobie des hôpitaux, et soudainement, je me sens coupable. Je me sens coupable qu’elle se force à souffrir, à être mal, juste pour venir me rendre visite. Je ne lui en aurais pas voulu si elle n’était pas venue me voir, j’aurais pu comprendre. Maintenant, ça explique pourquoi c’est Sweet Pea qui m’a offert le cadeau et pas elle.

« Phobique des hôpitaux ? Mais… Tu n’aurais pas dû venir, je ne veux pas que tu te sentes mal à cause de moi… »

Elle tente de se justifier, mais, si j’en avais la force, je me relèverai pour lui faire comprendre qu’elle n’a pas à trouver des excuses. Si je devais en vouloir à tous ceux qui ne sont pas venus et qui ne m’ont pas fourni un justificatif, je crois que j’y serais encore dans un an. Elle dit qu’elle voulait simplement me voir et je suis à la fois gênée et touchée, je crois. Enfin, c’est vrai quoi, c’est pas tout le monde qui surmonterait sa phobie pour me voir et j’me sens un peu spéciale du coup. Elle est vraiment gentille, Alaska, je ne me suis pas trompée le jour où je l’ai rencontrée et que je l’ai directement catégorisée comme une personne que je pouvais fréquenter.

« Tu n’aurais vraiment pas dû… Mais c’est cool que tu sois là, moi aussi j’voulais te voir. Enfin, tu ne me déranges pas quoi, c’est une bonne surprise. »

Je suis maladroite dans mes mots, n’importe qui aurait dit que ça lui faisait plaisir et qu’elle était reconnaissante, mais ce sont des mots qui ne me viennent pas à l’esprit et qui arrivent bien après, une fois que les choses sont dites. Elle se rapproche un peu plus, tout en me tenant toujours la main. Sa main est chaude, pourtant, je crois qu’il fait froid dehors. Je n’avais même pas remarqué, mais elle porte la fameuse robe qu’elle m’avait prêtée le jour où j’ai fini toute trempée. De sa deuxième main, elle vient traverser ma chevelure et, je me crispe directement. C’est pas habituel ce genre de comportement, fin j’sais pas, à part ma mère, personne ne touche mes cheveux et je sais pas trop ce que ça veut dire. Est-ce que c’est un truc que les amis font entre eux, genre, pour communiquer ? Je crois que je deviens toute rouge, parce que c’est trop bizarre. Mais je ne dis rien, parce qu’en même temps, c’est pas désagréable. Elle me fait savoir qu’elle n’est pas certaine de pouvoir venir une deuxième fois alors elle voudrait rester.

« Non ! »

Non quoi ? Qu’est-ce que je peux être stupide parfois.

« Non, ça m’dérange pas. Reste autant de temps que tu veux, fin comme tu peux le voir juste après faut que je fasse la vaisselle, puis le ménage et que je cuisine pour toute ma famille… Mais ça devrait le faire ! »

Une façon de dire que je n’ai absolument rien à faire de toute manière alors elle ne me dérange pas. Puis, je crois que même si j’avais eu des trucs à faire genre des exercices de rééducation ou quoi, ça ne m’aurait pas dérangé, parce que sa présence est cool et apaisante, en quelque sorte.

« C’est comment le lycée depuis l’incident de l’autre soir ? Je sais que je dois pas manquer à grand monde, mais j’suis curieuse, ça doit faire vide. On m’a dit qu’il y avait eu d’autres blessés, alors ça m’inquiète. »

Histoire de changer de sujet et de cammoufler la gêne sur mon visage.

(c) DΛNDELION



Voir le profil de l'utilisateur Alaska Bahnsen
Modo ❆ shaft of sunlight

Alaska Bahnsen



Âge : 17 ❆ de belles années à venir, elles ne pourront être pire en tout cas
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne
Quartier : Northside

Date d'inscription : 18/08/2018
Messages : 252
Points : 513
Avatar : Kseniya
Multicomptes : Love game gold member ; Aura ❆ Sunshine Gal ; Nevaeh
Crédits : signa ❆ crackintime. ☽




#Dim 2 Déc - 21:31Message
heart red dressed
LadyFish

Je profite d'être à ses côtés, maintenant que j'y suis enfin. Maintenant que je suis là, je ne peux plus faire marche arrière, et je n'en ai aucune envie, pour être totalement honnête. Elle finit par culpabiliser, ça se sent, lorsqu'elle découvre ma phobie, ce qui explique mon état actuel, mais également pourquoi je ne suis pas venue plus tôt, pourquoi le cadeau n'a pas été remis en main propres aussi. Elle voudrait que je ne souffre pas, sans doute, personne ne souhaite la souffrance des gens, mais c'est un fait, et je n'en ai plus rien à faire, de ce fait là. Je n'en ai plus rien à faire d'avoir mal au ventre, à la tête, de ne pas réussir à parler, ou bien de trembler. Je suis là, près de Claire. Près de cette fille qui hante mes pensées et même mes carnets de dessins. Oui, elle ne le sait pas, comment pourrait-elle le savoir ? Puis là n'est pas le moment d'étaler mes ressentis devant la jolie rousse.

« Ne t'inquiète pas pour ça.. Je voulais te voir.. J'ai mis du temps mais, j'ai réussi.. Donc autant en profiter, d'accord ? »

Un sourire à la fois tendre et amusé prends place sur mes lèvres jusqu'à ce qu'elle finisse par répondre à ma question. Je ris un peu, c'est idiot, mais, la voir me fait un bien fou, même si elle n'est pas sous son meilleur jour, je n'en ai que faire, je veux être là pour elle, présente. J'aurai assez de force, et pas de craintes, je serai venue tous les jours. Fichue phobie, oui. Je n'y peux pas grand chose, c'est déjà quelque chose de grandiose que je viens d'accomplir là, comme si un arachnophobe caressait une mygale. Il n'y a pas meilleure comparaison, parce que c'est l'idée la plus folle et horrible qui pourrait lui passer par la tête. Entrer dans ce genre d'endroit c'est pareil pour moi. Je ris encore un peu, parce qu'après tout, elle a un certain sens de détournement assez appréciable.

« Ca fait plaisir de te voir comme ça. Tu ne me retirera pas mon inquiétude.. Mais je suis contente, vraiment. »

La voir garder un sens certain de l'humour alors qu'elle a prit une balle il y a peu, c'est juste incroyablement admirable. Il n'y a pas d'autres mots, elle se bat mais elle fait de son mieux pour qu'on ne s'inquiète pas également. Je ne pourrais pas dire que j'arrêterai de m'inquiéter, certes, mais au moins je suis rassurée, un minimum. Elle me parle du lycée. Le lycée.. C'est tellement triste sans elle pour moi, bien sûr j'ai de l'occupation, j'ai les Vixens, je dois suivre des cours, puis j'ai mon meilleur ami, que j'ai peu croisé depuis parce que j'ai eu un temps d'isolement certain. Je ne voulais pas trop sortir si ce n'est pour aller à la danse ou pour aller en cours. Je hausse un peu les épaules puis la main qui était dans sa chevelure rejoins mon autre main, qui tient la sienne.

« Les gens ont demandé de tes nouvelles. Je ne sais pas pour les autres, je sais juste que.. Tu m'as manqué. Il y a eu des blessés mais rien de bien grave, ne t'en fais pas. Tu devrais te concentrer sur ton repos surtout.. Ne pas t'inquiéter.. D'accord ? »

Plus je la regarde, et plus je me rends compte que l'idée même de ne pas l'avoir près de moi pourrait me faire mal. C'est stupide. C'est ça ? S'attacher à quelqu'un ? Est-ce que c'est plus fréquent quand on est ado parce qu'on n'est pas encore assez mature pour se rendre compte des choses ? Que chaque coup de cœur semble être un véritable coup de foudre dans notre être ? Est-ce que je devrais vraiment l'embêter avec toutes ces choses qui me traversent l'esprit ? J'ai sans doute l'air perdue, là, actuellement, pourtant je me sens à la fois perdue et à ma place, là, près de Claire. C'est stupide, il faudrait que j'arrête de réfléchir, il faudrait aussi que je le fasse, mais bien, sans que ce soit un fouillis incompréhensible. Je pose mon regard sur le sien, respirant tant bien que mal alors que je sens une légère panique me prendre.

« Dis.. Claire... »

Je ne peux pas. Je ne peux pas lui imposer ça, je ne peux pas rendre ce moment trop bizarre, je ne pourrais rien faire ensuite, si ce n'est fuir parce que ce serait dénué de sens pour elle. Je regarde ailleurs, parce qu'affronter sa si jolie bouille là, c'est pas possible. Je me pince les lèvres, puis je souffle un peu. Je n'arrive plus à sortir aucun mot, et là ça devient ridicule. Elle va penser que quelque chose ne va pas, qu'elle a peut-être fait quelque chose de mal, pourtant, je n'arrive pas à parler, même en me disant ça, que je dois la rassurer, que je vais bien, alors qu'intérieurement ma peur d'ici, ma peur d'avouer ce que je ressens ou ce que je pense ressentir, et ma peur de l'effrayer se battent entre elles.
made by black arrow


(c)crackintime
you have so much
but are always hungry for more
stop looking up at everything you don't have
and look around at everything you do
where the satisfaction lives
http://godhatesus.forumactif.com/t371-alaska-and-one-day-light-came-to-me#4920http://godhatesus.forumactif.com/t374-alaska-midnight-sun
Voir le profil de l'utilisateur Claire Landry
Do I Wanna Know ?

Claire Landry

Âge : 16 ans
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne à Riverdale High
Quartier : Southside

Date d'inscription : 29/07/2018
Messages : 179
Points : 692
Avatar : Luca Hollestelle
Multicomptes : Brandon & Azan & Akasha
Crédits : midnight blues

#Lun 3 Déc - 16:32Message

Heart Red Dressed
Ladyfish

« Maybe I’ve been always destined to end up in this place, I don't mean to come off selfish, but I want it all. Love will always be a lesson, let's get out of its way. »
Savoir qu’Alaska a fait un effort monstre juste pour venir me voir, ça me tue. En vrai, je n’aime pas savoir que mes amis souffrent et je ne suis pas certaine de mériter cet honneur. Evidemment que je suis heureuse de la voir, ça me fait énormément plaisir mais j’ai peur pour elle. C’est plus fort que moi. On croirait limite que c’est elle qui s’est fait tirer dessus. Elle me dit de ne pas m’inquiéter parce qu’elle voulait me voir. C’est vrai que maintenant qu’elle est là, il faut profiter, que son effort ne soit pas vain, je m’en voudrais tellement.

Je joue donc sur la carte de l’humour pour essayer de la détendre un peu parce que bon, la pauvre, ça doit pas être facile pour elle et si en plus elle s’inquiète pour moi alors qu’il n’y a pas vraiment lieu de s’inquiéter, je préfère la faire rire, ça la rassurera sûrement à tous les niveaux. Fin, il faut encore voir si mon humour est vraiment drôle, ça c’est assez subjectif mais bon, je me fais confiance. L’ironie est quelque chose qui marche plutôt bien de manière générale. Visiblement ça marche parce qu’elle dit que ça lui fait plaisir de me voir comme ça mais elle dit que ça ne retirera pas son inquiétude, ça, c’est un peu moins cool. Comment je fais, moi, pour ne pas qu’elle s’inquiète ?

Du coup, je suis un peu curieuse sur l’état du lycée depuis l’incident parce que je sais que je ne suis pas la seule à avoir été blessée. Elle me dit donc que certains ont demandé de mes nouvelles. Je suppose que c’est plus par principe qu’autre chose, on ne peut pas dire que je connais grand monde au lycée et la plupart est déjà venue me rendre visite. Cela dit, ça fait quand même plaisir, j’ai l’impression d’être un peu aimée, donc c’est cool même si dans deux semaines ils auront déjà oublié mon prénom. Si ce n’est pas déjà fait… Je parle par expérience, dans mon ancien lycée, y avait eu un cas comme ça et je me souviens même plus du prénom du garçon qui avait eu un accident… Alaska dit ensuite que je lui ai manqué et… Bah en fait, je sens que je me mets à rougir et même que mes mains tremblent. C’est un truc que ma mère me disait quand j’étais plus jeune et que je partais en classe de neige, mais… De la bouche d’Alaska, je sais pas pourquoi mais… Ça me rend toute chose. Elle a cette aura assez apaisante à essayer de me rassurer, de faire en sorte que je ne m’inquiète pas pour les autres. Ce n’est pas évident, mais je vais essayer de me concentrer sur moi, alors. Parce que ça lui fera plaisir je pense.

« D’accord… Je vais essayer. Mais bon, moi je vais bien. Je vais mieux en tout cas… C’était juste hein, mais les médecins ont dit que j’étais hors de danger alors bon… »

Puis elle semble encore une fois être mal. Je pensais que ça allait un peu mieux, qu’elle commençait à se détendre, du moins à l’échelle de quelqu’un qui a la phobie des hôpitaux, elle avait l’air plutôt détendue. Là, y a quelque chose, je le vois dans son attitude et dans son regard puis elle finit par m’interpeller une nouvelle fois. J’attends. J’attends qu’elle me demande ce qu’elle a à me demander, qu’elle me dise ce qu’elle a à me dire, mais rien ne vient. Il s’ensuit un silence assez long. Je ne dis rien dans un premier temps parce que peut-être qu’elle réfléchit mais en même temps, elle a attisé ma curiosité et je ne peux pas supporter ce silence.

« Oui, Alaska ? »

Je ne suis pas certaine que ça l’aide à dire ce qu’elle avait à dire, peut-être qu’elle va simplement reprendre tout ça et dire qu’en fait il n’y a rien. Je le sens venir gros comme une maison, mais du coup je me pose des questions. Elle veut me demander conseil pour un mec ? Sweet lui plaît peut-être après tout… Mais elle va être déçue parce que je suis nulle pour ces conseils. Ou alors, elle voudrait me demander de lui prêter une de mes BD ? Ou bien, elle a capté que je lui avais volé un truc – je ne sais pas quoi par contre – et elle veut me demander si c’est bien moi la voleuse. Ohlala, je commence à paniquer.

« Y a quelque chose de grave ? »

Bah ouais, là ça devient inquiétant de ne pas savoir ce qu’elle voulait me demander. Si je pouvais, je partirais en courant, mais bon, là je suis alitée et je suis branchée de partout, donc impossible de partir de cet hôpital pour ne pas avoir à l’affronter si la troisième option est la bonne. Je n’ai jamais su avouer que j’étais kleptomane. A personne. Bon, puisque je ne peux ps fuir, je lui serre la main fort pour lui donner du courage.

(c) DΛNDELION



Voir le profil de l'utilisateur Alaska Bahnsen
Modo ❆ shaft of sunlight

Alaska Bahnsen



Âge : 17 ❆ de belles années à venir, elles ne pourront être pire en tout cas
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne
Quartier : Northside

Date d'inscription : 18/08/2018
Messages : 252
Points : 513
Avatar : Kseniya
Multicomptes : Love game gold member ; Aura ❆ Sunshine Gal ; Nevaeh
Crédits : signa ❆ crackintime. ☽




#Mar 11 Déc - 10:02Message
heart red dressed
LadyFish

Savoir qu'elle est hors de danger. C'était ma principale préoccupation, c'est d'ailleurs pourquoi j'avais demandé à voir Sweet Pea suite à sa visite à l'hôpital. Je n'avais pas eu de nouvelles directement de la part de Claire, peut-être parce que j'avais hésité à lui envoyer des messages, je ne sais pas comment ça se passe. Quand j'ai été internée c'était différent. J'y étais allée pour mes crises de boulimie qui m'avait amenée à perdre trop de poids d'un coup, et je ne pouvais pas avoir de contacts avec l'extérieur via mon téléphone. Seule la famille pouvait me visiter, puis Kévin aussi, il était venu. Je n'avais donc pas conscience de comment ça se passait dans les hôpitaux normaux. En tout les cas j'étais là maintenant, près d'elle. Elle est sortie d'affaire, et ça suffit pourtant pas à me rassurer, pourquoi ? Parce qu'elle a dut mal à respirer, parce qu'un taré s'en est prit à elle. Je ne savais pas tout les détails, parce que je n'ai pas voulu savoir. Je sais, c'est idiot, si on aime quelqu'un à ce point, ou du moins s'il nous plaît, on veut tout savoir, non ? Seulement ça aurait rendues les choses bien trop réelle, et mon anxiété ne l'aurait pas supporté. Non. J'étais déjà devenue un zombie à la maison, et au lycée, je faisais de mon mieux pour garder ma bonne humeur habituelle, celle de la fille qui brave le monde à vélo. Là c'est différent, je suis heureuse d'être auprès de la jolie rousse, mais aussi très mal du fait que je me retrouve ici. J'ai eu un instant d'illumination ou de courage, pour l'interpeller. Je voulais lui dire ce que je ressentais, au moment où j'ai dis son nom, mais les mots se sont comme bloqués. Alors je suis là, à tenter de sortir n'importe quoi, mais ça ne veut pas. Elle me demande ce que je veux dire, mais je n'arrive même plus à prononcer ne serait-ce qu'une syllabe. J'ai baissé les yeux, parce que je ne veux pas qu'elle voit la détresse ou la peur s'emparer de mon regard. Puis elle me demande s'il y a quelque chose de grave, aussitôt je relève la tête pour la regarder.

« Non !.. »

Je fais une légère moue avant de bouger un peu ma main, sans pour autant lâcher la sienne, puis je passe mon autre main, après l'avoir libérée, dans mes cheveux, un instant, le temps de remettre une mèche en place. Une chevelure que je tends à avoir dans un parfait état, mais qui ne doit pas ressembler à grand chose actuellement.

« Non.. Ca n'est pas grave.. Je.. Wow.. Ca pourrait l'être peut-être.. Pour moi.. Je ne sais pas.. »

Bon. Ca ne va pas la rassurer si je dis les choses comme ça. Il est vrai que si je lui dévoile ce que je ressens les risques qu'elle me prenne pour une folle, qu'elle me jette, ou qu'elle m'insulte sont grands, à mon simple avis en tout cas, parce que j'ai déjà connu ça, malheureusement. Ca pourrait donc être grave, pour moi et mon petit démon nommé anxiété. Surtout si ça se passe ici. Imaginez le calvaire un instant. Je prends une grande inspiration avant de poser ma main – précédemment placée dans ma chevelure – sur le bord du lit d'hôpital. Je serre un peu les linges blancs.

« J'ai.. Enfin.. Quand je t'ai fais visité le lycée.. Je t'ai trouvé vraiment cool comme fille. Puis.. Quand tu m'as demandé de l'aide, et que.. Après, je t'ai trouvé tellement mignonne dans cette situation.. J'ai voulu faire le tableau.. Que tu as là.. Pour me souvenir de cet instant.. Je voulais le garder pour moi.. Mais.. Quand j'ai su que tu étais ici, j'ai su que je devais te le remettre.. Je sais que c'est pas trop, enfin, je bafouille pas mal.. Et je suis nulle pour ce genre de chose, en face à face.. Mais tu.. Enfin. Tu me plaît beaucoup, Claire.. »

C'est là l'instant où j'aimerai disparaître parce que les choses sont dites de façon tellement maladroite à cause de mon état et de mon manque de confiance que j'ai trop peur du moindre mot qu'elle pourrait sortir. Elle doit penser que je ne l'ai apprécié qu'en robe, c'est faux, elle est toujours adorable, toujours si jolie. C'est pas tant la robe qui m'avait plue, c'est son visage, gêné, perdu, peut-être, qui m'a quelque peu conquise sur l'instant. C'est idiot parce qu'on a jamais beaucoup parlé, peut-être que je me fais de simple films, que ça ne durerait pas forcément aussi, enfin, il faut que je cesse de réfléchir. De trop réfléchir. Je la regarde, un peu perdue, un peu stressée, un peu beaucoup trop de chose à la fois, et je tente d'esquisser un sourire malgré toute la détresse qui commence à m'habiter.
made by black arrow


(c)crackintime
you have so much
but are always hungry for more
stop looking up at everything you don't have
and look around at everything you do
where the satisfaction lives
http://godhatesus.forumactif.com/t371-alaska-and-one-day-light-came-to-me#4920http://godhatesus.forumactif.com/t374-alaska-midnight-sun
Voir le profil de l'utilisateur Claire Landry
Do I Wanna Know ?

Claire Landry

Âge : 16 ans
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne à Riverdale High
Quartier : Southside

Date d'inscription : 29/07/2018
Messages : 179
Points : 692
Avatar : Luca Hollestelle
Multicomptes : Brandon & Azan & Akasha
Crédits : midnight blues

#Lun 24 Déc - 13:23Message

Heart Red Dressed
Ladyfish

« Maybe I’ve been always destined to end up in this place, I don't mean to come off selfish, but I want it all. Love will always be a lesson, let's get out of its way. »
J’dois avouer que je commence un peu à paniquer et à me poser trois mille questions dans ma tête quand Alaska dit mon prénom. C’est un peu le genre de chose que quelqu’un dit avant de faire une remarque ou d’annoncer qu’il a écrasé notre chat. Enfin, je sais pas, je commence à me faire des films et à stresser comme ce n’est pas permis. Elle ne dit rien, alors c’est pire et je lui demande du coup s’il y a quelque chose de grave, histoire d’être sûre, de savoir si je dois me préparer mentalement ou appeler une infirmière pour la faire sortir. Bref, c’est la panique dans ma tête et aussi dans mon cœur. Bah ouais… En temps normal, je serais probablement déjà partie loin, en mode, tu veux me dire un truc, okay, super, moi j’suis pas là, parle à mon répondeur. J’suis incapable d’assumer les discussions trop sérieuses mais là, je suis comme prisonnière.

Bon, d’après ce qu’elle répond soudainement, non, il n’y a rien de grave. C’est une bonne nouvelle, je crois. Mais ça ne me dit toujours pas ce qu’elle a à me dire et ça m’angoisse, on se croirait dans ces émissions télé interminables dans lesquels ils font durer le suspense du résultat tout au long de l’émission. Et vas-y que je te mets une publicité par ci, et une publicité par-là, un jeu concours, aussi. Ça m’intrigue vraiment, je la regarde, essayant de deviner, mais rien à faire, je comprends pas, j’ai jamais été douée pour lire les expressions des gens. Si seulement je pouvais lire dans ses pensées… Quoique, non, c’est une très mauvaise idée, je ne préfère pas savoir ce qui se passe dans sa tête. Puis finalement, elle répéta que non ce n’était pas grave mais que ça pouvait l’être. Je ne suis plus certaine de suivre et ma tête ressemble un peu à celle de Pikachu quand il est choqué. Je reste silencieuse, parce que je ne sais pas ce que je dois dire, j’ai l’impression que le moindre truc la rendrait encore plus mal à l’aise. Est-ce que j’dois appeler une infirmière ? Mais cette fois-ci, ce serait pour Alaska, parce qu’elle a vraiment pas l’air bien du tout…

Elle reprend finalement la parole. Je ne suis pas sûre qu’elle aille mieux, mais au moins, elle parle et explique. Elle parle donc de ma visite du lycée et dit qu’elle m’a trouvée cool à ce moment-là. C’est bien la première fois que quelqu’un me dit ça, généralement on me dit qu’on me trouve bizarre et j’ai fini par m’y habituer. Je ne suis pas trop certaine de suivre tout ce qu’elle dit pourtant, elle dit que quand je lui ai demandé de l’aide, donc ce fameux jour de pluie, elle m’a trouvée mignonne. Hein ? Mignonne ? Genre comme un chaton qui fait des trucs adorables ? Puis elle parle de ce tableau qu’elle a fait pour se souvenir de cet instant. Je ne comprends pas trop pourquoi… Je lui avais juste demandé des vêtements secs, je ne pensais pas avoir fait autre chose… Tout s’embrouille un peu et j’ai l’impression de rester bloquée sur tous ces mots puis lorsqu’elle s’arrête de parler, il y a un silence de nouveau et après quelques secondes, je finis par relever la tête.

« Hein ? »

Voilà. J’ai pas trop suivi, puis j’essaye de capter ce qu’elle m’a dit et… Ohlala. Non, non, non… Non, c’est juste une blague. Elle dit que je lui plais. Mais comment ça ? Je lui plais vraiment ? Genre c’est pas une blague pour me faire croire que je peux plaire et pour finalement me dire que j’rêve un peu trop ? J’ai eu tellement l’habitude de ce genre de comportement que… Que je ne sais pas. Et là, de toute manière, j’ai beau ouvrir la bouche, telle une carpe, je suis muette. J’dois dire quoi moi ? Je reste immobile, comme pétrifiée, un peu comme Hermione quand elle voit le Basilic à travers son miroir. Je pourrais bien gober une mouche que ça ne m’atteindrait pas. Puis, ma voix revient légèrement.

« J… Je… Euh… »

Je deviens toute rouge, voilà. Donc, honteuse, ne sachant pas quoi répondre, je me retourne machinalement dans mon lit d’hôpital, m’enfermant dans mon drap et me mettant en position latérale de sécurité. C’est pas censé arriver dans ma vie, ça, j’suis pas prête pour ce genre de chose, parce que ça n’arrive pas, d’habitude. Personne ne me dit que je lui plais… Mais si je lui tourne le dos, comme ça, elle va croire que je suis méchante, ou je sais pas trop. Rah… Qu’est-ce que je suis censée faire ? Qu’est-ce que maman ferait ? Et Sweet Pea alors ? Il ferait quoi ? Et Archie ? J’suis définitivement pas comme eux. Je remonte le drap jusqu’au-dessus de mon nez et je me retourne une nouvelle fois vers Alaska. Gênée, je lui demande à travers le drap.

« C’est vrai ? »

(c) DΛNDELION



Voir le profil de l'utilisateur Alaska Bahnsen
Modo ❆ shaft of sunlight

Alaska Bahnsen



Âge : 17 ❆ de belles années à venir, elles ne pourront être pire en tout cas
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne
Quartier : Northside

Date d'inscription : 18/08/2018
Messages : 252
Points : 513
Avatar : Kseniya
Multicomptes : Love game gold member ; Aura ❆ Sunshine Gal ; Nevaeh
Crédits : signa ❆ crackintime. ☽




#Mar 25 Déc - 1:40Message
heart red dressed ❆ LadyFish
Unique sur la terre entière, mais fais toi en pas parce que j’aime une fleur qui n’existe qu’à un seul exemplaire

J'ai tout déballé du mieux que j'ai pu. Vidé tout ce que j'ai sur le cœur dans le même désordre que ça l'était, oui. Mes mots étaient brouillés. En temps normal que je prends le temps pour dire les choses, trouver les bons mots, les mettre dans le bon ordre. Là, tout était parti, dans un bordel littéraire non voulu. Elle ne dit rien. Le silence dure et il nourrit petit à petit mon anxiété habituelle. Elle relève la tête, mais ne semble pas comprendre, je la regarde, une fraction de seconde seulement, avant de fixer un point prit au hasard sur un des murs de la chambre. La regarder ne ferait qu'empirer mon état, je le sais, même si ça ne l'aide sans doute pas à réaliser la portée ou la signification des mots que j'ai réussi à sortir. Avouer que quelqu'un nous plaît, c'est la pire des choses. Même quand on est « populaire ». En temps normal, en temps que Vixen, on doit montrer une assurance à toute épreuve. En temps normal, les gens viennent à nous. C'est déjà arrivé, d'ailleurs. Quoi qu'il en soit, excepté pour les personnes confiantes, il est toujours difficile d'admettre ce que l'on ressent à la personne concernée. Je n'ai parlé de mon attirance pour Claire qu'à mon grand frère, et récemment à Sweet Pea. Ce qui était assez étrange. Mon regard se porte finalement sur la jolie rousse, à nouveau. Elle est gênée, elle ne doit pas savoir comment me recaler gentiment, elle n'a pas l'air méchante après tout. Non, elle ne l'est pas, j'en suis persuadée. Elle se cache immédiatement, me tournant le dos dans la foulée. Je me dis qu'il vaut mieux que je partes, parce que ni elle ni moi n'avons l'air d'être prête pour ce moment là, le moment où elle doit peut-être me dire quelque chose, un non, un oui, peu importe. Je me relève comme je peux, et au moment où je m'apprête à vraiment faire un pas vers la porte, elle se retourne vers moi. Je ne vois que son regard. Elle ne montre rien de plus. Elle est totalement craquante ainsi, oui, c'est idiot de penser à ça alors qu'elle risque de me rejeter, là, d'ici quelques instants. Mais c'est pourtant vrai, oui, elle est craquante ainsi, avec juste le bout de sa tête qui dépasse, les joues que je soupçonne rosées, ou rouges, et un air comme celui sur ma peinture. Comme ce jour là. Je baisse les yeux un peu gênée d'être surprise en train de partir, mais je reste debout, me tenant un peu à la chaise quand même, histoire de garder un certain équilibre.

« O.. Oui.. Tu pense vraiment.. Que.. Que j'aurai risqué.. De littéralement m'écrouler de peur.. Pour te mentir.. Sur quelque chose comme ça ? »

C'est peut-être idiot, mais je crois que c'est pourtant logique, dans un sens. Elle voit que le fait d'être ici me rend malade. Je n'ai d'ailleurs pas l'habitude de mentir, de façon générale. Hormis à mes parents, par rapport à mes troubles alimentaires. C'est autre chose encore. Là, j'ai fait face à une de mes peurs pour pouvoir retrouver la fille qui hante mes pensées depuis le premier jour où je l'ai vu. J'ai été jusqu'ici, jusque cette chambre. J'ai réussi à lui dire ce que j'avais sur le cœur malgré la migraine insoutenable et les retournements d'estomac. Pourtant, elle me demande si c'est vrai. Pourtant, elle a du mal à y croire. Je crois que n'importe qui aurait du mal à croire que j'ai pu faire ça, cela dit.

« Je.. Oui. C'est vrai. Je comprendrais que.. Enfin, que tu ne partage pas ce ressentis, tu sais, c'est pas comme si on se connaissait énormément. Alors.. Je me suis sans doute fait des films. C'est idiot. Je suis désolée. »

Là je réalise que j'ai avoué à une personne qui ne m'a vu que quelques fois dans sa vie que j'éprouve quelque chose pour elle. Des sentiments, une attirance, ça reste quelque chose. Oui. Je m'excuse même, c'est sans doute idiot. Décidément, j'enchaîne les actions irréfléchies aujourd'hui. Je me pose finalement sur la chaise, plus parce que je sens les vertiges me revenir que pour une autre raison. Du coup c'est fait de manière assez brusque, mais bon. On entend même le bruit de la chaise se déplacer quelque peu sur le sol, ce genre de son cinglant qui horripile tout le monde à chaque fois. Bruits fréquents dans les salles de cours.

« Si tu veux que je m'en aille.. Je comprendrais Claire. J'aurai pas dut en parler. Pas ici en tout cas.. »

Autant pour elle que pour moi, j'imagine. Je ne sais pas ce qui se trame dans sa petite tête, bien entendu, mais j'imagine que l'on doit pas s'attendre à ce qu'on vienne nous embrouiller l'esprit quand on est dans un lit d'hôpital. J'imagine que je n'aurai pas été bien du tout, si quelqu'un était venu me rendre visite pour finalement m'annoncer une nouvelle semblable. Cela dit, la seule fois où j'ai été hospitalisée, je n'avais pas droit aux visites, pas au début. C'était très restreint aussi. J'aurai bien aimé que ce soit comme ici. Dans le sens où, qui sait, des amis auraient pu venir me rendre visite. Hormis mon meilleur ami. Je ne détourne plus mon regard de Claire, sans pour autant la fixer, oui, je ne veux pas non plus qu'il y ait un plus gros malaise, j'attends simplement qu'elle me dise si elle veut que je partes. Ou non. Si c'est réciproque, ou non. Une indication, une piste, quelque chose qui pourrait m'éclairer sur ce que je pourrais bien faire maintenant que j'ai balancé une « bombe ». Le mot est bien choisi, oui.
(c) nightgaunt


(c)crackintime
you have so much
but are always hungry for more
stop looking up at everything you don't have
and look around at everything you do
where the satisfaction lives
http://godhatesus.forumactif.com/t371-alaska-and-one-day-light-came-to-me#4920http://godhatesus.forumactif.com/t374-alaska-midnight-sun
Voir le profil de l'utilisateur Claire Landry
Do I Wanna Know ?

Claire Landry

Âge : 16 ans
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne à Riverdale High
Quartier : Southside

Date d'inscription : 29/07/2018
Messages : 179
Points : 692
Avatar : Luca Hollestelle
Multicomptes : Brandon & Azan & Akasha
Crédits : midnight blues

#Dim 30 Déc - 23:22Message

Heart Red Dressed
Ladyfish

« Maybe I’ve been always destined to end up in this place, I don't mean to come off selfish, but I want it all. Love will always be a lesson, let's get out of its way. »
Je ne savais vraiment pas quoi répondre à cet aveu. C’est terrible, c’est affreux. Je suis loin d’être habituée à ce genre de situation, gênante et sans issue. Je ne peux pas bouger de mon lit, et même si j’en avais la force, le seul moyen de m’échapper, de fuir la réalité, serait de sauter par la fenêtre. Je ne suis pas certaine que ce soit recommandé avec mon trou dans la poitrine. Fuir le regard d’Alaska était la seule solution viable que j’avais trouvée pour le moment, pour éviter de devenir toute rouge et qu’elle ne le voit. Si c’était une blague, ce serait la honte qu’elle me voie réagir de la sorte. Mais si ce n’est pas une blague, alors… Je crois que lui tourner le dos n’est pas la meilleure des choses à faire, je dirais même que c’est un peu méchant. Je suis censée dire quoi ? Merci ? Ah ? Je ne savais pas ! Non, ce n’est pas bien. Je n’ai absolument aucune idée de ce que je suis censée faire. J’ai l’impression qu’une éternité s’écoule, que le temps de réfléchir à la solution la plus adaptée, elle serait sûrement partie ou alors aurait pris la poussière.

Lorsque je me retourne finalement, toute gênée, la tête cachée sous mon drap, ne laissant apparaître que mes yeux, je la vois qui s’en va. Elle semble être en chemin pour quitter la pièce et là, mon cœur se fend. Qu’ai-je fait ? Pourquoi ça me fait mal dans mon cœur alors qu’elle fait juste quelque chose de banal, qu’elle s’en va parce qu’après m’avoir dit quelque chose, je l’ai laissée dans le silence le plus total. Je suis en train de trembler, pourtant il y a le chauffage, il ne fait pas spécialement froid, mais un frisson parcourt mon corps, je ne comprends pas trop ce qu’il se passe. Je sais que c’est une situation gênante, mais tout ça ? C’est quoi ? La seule chose qui me vient à l’esprit et qui parvient à quitter ma bouche, c’est de savoir si tout cela est vrai. Elle est tellement hésitante dans ses mots, elle semble elle aussi trembler pour pas grand-chose puisque la fenêtre est fermée. Elle confirme alors que c’est vrai et mon réflexe est d’enfouir ma tête toute entière sous ce drap presque translucide. J’aperçois encore la silhouette d’Alaska à travers ce drap… Ça me ronge, ça me démange, juste la silhouette, ça crée comme une frustration, comme un manque, alors je libère une nouvelle fois ma vue. D’une petite voix, je lui réponds.

« Non… évidemment que non… »

Pourquoi ? Parce que bizarrement je lui fais confiance. J’ai eu un doute, évidemment, parce que j’ai l’habitude de douter et d’être trompée, mais Alaska, même si je la connais si peu, j’ai toujours eu ce sentiment que je pouvais lui faire confiance aveuglément. Alors forcément, douter d’elle de la sorte, c’est si mal venu. Surtout qu’elle a fait un effort monstre pour venir me voir, je suis si… si méchante. Je me sens mal d’avoir osé douter. Elle commence alors à présenter ses excuses, disant qu’elle comprendrait si je ne partageais pas ce qu’elle vient de dire et que c’était peut-être trop tôt. Je ne sais pas, c’est beaucoup d’informations à la fois… Je tente tant bien que mal de me redresser dans mon lit, je ne peux pas continuer à lui parler dans cette position alors qu’elle a fait un pas énorme, enfin, je crois.

« Je ne peux pas dire que… que je ne partage pas ce que tu ressens. C’est juste que… je ne sais pas trop ce que je ressens… Tout ça, c’est un peu nouveau. Personne ne m’a jamais dit ça avant alors… Alors je suis un peu perdue… »

Ce n’est pas une réponse acceptable. Ce n’est certainement pas la réponse qu’elle attendait de moi, parce que bon, ce n’est pas très clair ce que j’ai dit. Je ne sais vraiment pas ce que je suis censée dire. Qu’est-ce que Spiderman dirait si Mary Jane lui disait qu’il lui plaisait ? Sûrement quelque chose de super badass. Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, par exemple. Mais bon, je ne suis pas Spiderman, ni Peter Parker, d’ailleurs.

« Est-ce que… Est-ce que quand quelqu’un nous plaît, on tremble ? Est-ce que le cœur bat très vite ? »

Je n’avais été amoureuse que d’une personne dans ma vie, c’était de Jughead, avant, y a très longtemps et aujourd’hui, ça ne risque plus d’être le cas. Je disais que j’étais amoureuse parce que je l’aimais bien, et que je voulais toujours le voir et jouer avec lui, et parce qu’il avait une façon amusante d’aimer la nourriture et que j’aimais bien sa tête. Mais là, c’est encore un peu différent. J’ai toujours envie de voir Alaska et elle fut la première à qui j’ai pensé lorsque je me suis réveillée après l’accident. Elle a aussi cette façon amusante de parler et de rougir, cette façon adorable de sourire et puis elle est très jolie, mais il y a autre chose. Puis, j’ai toujours pensé que j’aimais les garçons, je ne m’étais jamais posé la question si les filles me plaisaient. Mais peut-être qu’elles ne me plaisent pas vraiment, pas plus que les garçons, mais que c’est Alaska qui me plaît. Enfin, je crois, je ne suis pas sûre…

« Ne pars pas, s’il te plaît. J’aime bien quand tu es là. »

(c) DΛNDELION



Voir le profil de l'utilisateur Alaska Bahnsen
Modo ❆ shaft of sunlight

Alaska Bahnsen



Âge : 17 ❆ de belles années à venir, elles ne pourront être pire en tout cas
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne
Quartier : Northside

Date d'inscription : 18/08/2018
Messages : 252
Points : 513
Avatar : Kseniya
Multicomptes : Love game gold member ; Aura ❆ Sunshine Gal ; Nevaeh
Crédits : signa ❆ crackintime. ☽




#Sam 26 Jan - 4:58Message
heart red dressed ❆ LadyFish
Unique sur la terre entière, mais fais toi en pas parce que j’aime une fleur qui n’existe qu’à un seul exemplaire

L'attente est insoutenable, longue, stressante, et tout un tas d'autres adjectifs que je n'arriverai pas à trouver tant mon cerveau est brouillé, tant mes pensées sont secouées. Elle me répond, au bout d'un moment, après s'être redressée. J'étais d'ailleurs restée à l'affût au cas où, bien qu'elle soit dans un lit, un mauvais mouvement, ou autre, je ne voulais pas qu'elle se mette dans un sale état pour moi. Elle n'est pas en sucre, je pense que c'est ce qu'elle me dirait, si jamais mes pensées avaient été exposées de vive voix. Ca n'empêche qu'un rien m'inquiète quand il s'agit d'elle, et encore plus depuis ce jour là. Même si ce n'est pas la réponse la plus attendue, évidemment, ça n'est pas non plus un rejet catégorique, j'y vois même un soupçon d'espoir, et je crois que le temps d'un instant ça me rassure un peu. Ce n'est pas une cause perdue, ce n'est pas une envie si étrange, si repoussante. Je m'installe près d'elle à nouveau, comme tout à l'heure, sans pour autant reprendre mes gestes affectueux effectués plus tôt. Elle reprend la parole alors que je n'ai pas su quoi répondre à ses précédents mots, pour me poser ces questions. Ces questions qu'on se demande à chaque fois qu'on est troublé par une personne, comme si on cherchait la réponse évidente.

« Je crois.. Je ne suis plus sûre. Je.. Enfin.. Si.. Y'a ça.. Y'a le reste.. Se réveiller et se demander si cette personne va bien en premier, avant même d'avoir.. Songé à autre chose.. Sourire bêtement quand on pense à elle.. Ce genre de chose qu'on voit.. Dans tout ses films à l'eau de rose.. Même si, c'est jamais des couples.. De filles.. »

Maladresse. Hésitation. J'essaie d'exprimer comme je peux mon propre ressentis en répondant à ses deux questions. Mon attirance pour les filles est quelque chose de clair pour moi depuis un moment déjà, ça se traduit par mon regards sur elles, mais c'est aussi et surtout une évidence. La seule fois où j'ai été amoureuse c'était une fille, je pense que ça s'est concrétisé à ce moment là, bien que je suis encore jeune, je ne trouve pas que ce soit une raison pour dire que ça changera. Je ne pense pas au fait que ça changera. Je n'en ai pas envie, pas maintenant en tout cas, pas maintenant qu'une nouvelle fille me fait tourner la tête. Pas maintenant que Claire est là, et qu'elle ne semble pas non plus insensible. Je ne devrais pas m'emballer, si elle ne m'a rien dit, je le sais bien, mais ça reste un fait perceptible. Elle me demande de ne pas partir, ce que je ne risquais plus de faire, pas avant un petit temps, ou parce que je serai obligée vis-à-vis des soins. Ou.. Encore si sa mère devait venir, je m'absenterai sans doute, par gêne mais surtout par respect. Elle ne dit pas que ça, cela dit, et je souris bêtement à la suite de sa phrase avant de regarder ailleurs. Trop tard. Elle a dut voir mes quelques rougeurs elles bien perceptibles.

« Je resterai autant que tu le souhaitera.. Et.. Autant qu'ils me laisseront rester.. Mes pè.. Mes parents risquent d'être sous le choc en apprenant.. Que je suis venue là.. Déjà.. Mais.. Que je sois restée aussi longtemps.. Sans y être obligée.. Surtout. »

Je me concentre à nouveau sur son visage puis je pose ma main au bord du lit, sans venir prendre la sienne, sans tenter quoi que ce soit, je ne veux pas la gêner, ni qu'elle se sente forcée. Ce moment est si précieux, ce moment est si fort, je ne voudrais le quitter pour rien au monde, encore moins le gâcher par mes émotions un peu trop visibles.

« J'aime bien, aussi.. Quand tu es là. Même si.. Je pense que tu l'avais compris.. Tu sais, je veux pas que tu.. Enfin, que tu te sentes forcée à quoi que ce soit Claire.. »

Il est important de lui rappeler, il est important qu'elle ne pense pas que je la force. Bien sûr que je rêverai qu'elle partage les mêmes sentiments que moi, bien sûr que j'en serai conquise, mais si ça n'est pas le cas, je préfère aussi le savoir. Les relations ne sont belles que lorsqu'elles sont pures et sincères, sinon ça ne serait pas sain. Histoire de ne pas mettre de pression sur cet unique fait, je finis par reprendre la parole, non pour parler de choses forcément plus évidentes, mais au moins ça n'exercercera une pression totale sur mes sentiments.

« Dis-moi.. Tu sais un peu.. Dans combien de temps est-ce que tu pourrais sortir..? Si tu as besoin, pour les cours.. Ou quoi que ce soit tu peux compter sur moi, d'accord ? Je sais.. Que les cours c'est.. Le dernier de tes soucis.. Mais, je peux t'aider en tout cas. Si jamais. »

Je n'ai plus tant d'énergie dernièrement, de la fatigue émotionnelle, mais pas que, le reste ne suit pas facilement. Les entraînements, les soucis à la maison, mon détachement vis-à-vis de ma famille inquiète. Je me suis focalisée sur ma peinture et uniquement ça. Seulement je sais que je trouverai toujours un peu de temps pour pouvoir aider Claire si jamais elle en a besoin.
(c) nightgaunt


(c)crackintime
you have so much
but are always hungry for more
stop looking up at everything you don't have
and look around at everything you do
where the satisfaction lives
http://godhatesus.forumactif.com/t371-alaska-and-one-day-light-came-to-me#4920http://godhatesus.forumactif.com/t374-alaska-midnight-sun
Voir le profil de l'utilisateur Claire Landry
Do I Wanna Know ?

Claire Landry

Âge : 16 ans
Genre : Féminin
Occupation : Lycéenne à Riverdale High
Quartier : Southside

Date d'inscription : 29/07/2018
Messages : 179
Points : 692
Avatar : Luca Hollestelle
Multicomptes : Brandon & Azan & Akasha
Crédits : midnight blues

#Mar 29 Jan - 0:33Message

Heart Red Dressed
Ladyfish

« Maybe I’ve been always destined to end up in this place, I don't mean to come off selfish, but I want it all. Love will always be a lesson, let's get out of its way. »
Je n’y connais absolument rien en amour. C’est quelque chose de nouveau pour moi parce que je ne me suis jamais vraiment posé la question avant. A part pour Jughead, parce que j’étais dans une phase de ma vie où tout le monde avait un amoureux secret et Jughead, bah je l’admirais alors je pensais que j’étais amoureuse de lui, tout comme j’ai cru être amoureuse de mon papa quand j’étais toute petite. Aujourd’hui, je me rends compte que mon père est loin d’être le genre de personne que je peux aimer. Il paraît que la personne qu’on aime doit ressembler à notre père. Je crois que ce n’est qu’une grosse bêtise que l’on raconte aux enfants. En tout cas, Alaska ne ressemble pas à mon papa. Déjà, c’est une fille. Même si je ne pensais pas un jour que mon cœur battrait si vite pour une fille, bah là, c’est le cas. Je ne sais pas si je l’aime, mais… Je suis toute bizarre quand elle est là. Alors je la questionne sur ce qu’on est censé ressentir quand on aime bien quelqu’un. Elle dit que je lui plaît alors si on ressent les mêmes choses, c’est qu’elle me plaît aussi, non ? Elle me répond qu’elle croit que c’est ça, qu’il y a ça et le reste. Je suis alors curieuse. Elle me cite quelques exemples de choses que l’on ressent et je me demande alors si c’est pareil pour moi, et surtout je réalise que si elle dit ça, c’est qu’elle pense à moi en se réveillant avant de faire quoique ce soit d’autre. Je rougis encore plus. Je ne sais pas quoi dire… Je ne sais pas comment on dit à quelqu’un qu’il nous plaît, même si la personne vient de me le dire. Je réagis alors au fait qu’il n’y ait pas de couples de filles dans les films.

« Si, parfois, ce sont des filles. Y a Black Swan, par exemple, même si elle l’imagine. »

Je lui demande alors de ne pas partir. Maintenant qu’elle a fait tout ce chemin et bravé ses peurs pour venir me voir, maintenant qu’elle m’a dit toutes ces choses qui me font beaucoup trop cogiter et font s’agiter des papillons dans mon ventre, je ne veux pas qu’elle parte. Même si elle hésite, même si je ne dis rien, juste le fait qu’elle soit là, je crois que ça me fera du bien. Bien plus que d’être seule avec ma douleur à la poitrine à repenser au moindre mot qu’elle vient de me dire. Je ne sais pas si elle me plaît, mais je crois que c’est tout comme. J’aime sa présence, oui. Elle dit qu’elle va rester, autant de temps que je le souhaite. Si ça ne tenait qu’à moi, je demanderais à l’infirmière de faire venir un deuxième lit dans la chambre, même si je pense pas qu’elle aime dormir dans un hôpital. De toute manière, quand on viendra faire mes soins, elle ne pourra pas rester, je le sais. Elle dit qu’elle aime bien aussi quand je suis là mais qu’elle ne veut pas que je me sente forcée. Forcée à quoi ?

« De quoi ? Je ne me force à rien, tu sais, enfin si, à respirer correctement avec le trou que j’ai dans le poumon, mais sinon, je risque de mourir, mais sinon, j’me force à rien. »

Je ne suis pas certaine de comprendre de quoi elle parle. Alors qu’elle a posé sa main sur mon lit, je pose la mienne sur la sienne. Doucement, avec le peu de force que j’ai en moi. Je pense que ça peut la rassurer, non ? Je sais que si j’étais en train de paniquer comme elle l’a fait en venant ici, à l’hôpital, j’aimerais qu’on me tienne la main. C’est quelque chose qui m’a toujours permis de me recentrer sur la réalité, sur quelque chose qui me sert de point de repère. Je sais pas si je suis un bon point de repère, cadavre que je suis, mais j’essaie. Elle finit par me demander si je sais dans combien de temps je pourrai sortir et elle propose de m’aider pour les cours que je vais louper. Je sais que ma mère a dit que les professeurs se sont arrangés pour que les cours me parviennent régulièrement jusqu’ici mais je ne dis pas non à ce qu’on m’explique deux trois trucs que je n’aurais pas suivis. Généralement, je retiens la moitié du cours simplement en étant présente dans la classe, alors forcément… Ça va être difficile.

« Je crois qu’ils ont dit que je sortirai un peu avant Noël, mais ce n’est pas sûr que je puisse sortir de chez moi tout de suite. Mais j’aurai sûrement besoin d’un peu d’aide pour les cours, vu que ma maman est très occupée par ses propres cours à elle. »

Je ne sais pas comment on s’arrangera parce que j’angoisse toujours à l’idée d’aller chez les gens et que les gens viennent chez moi. Je suis plus à l’aise à travers un écran mais je ne suis pas sûre que des explications à travers une messagerie instantanée me soient plus utiles que des cours écrits.

« Je devrai voir avec ma mère, elle… elle régule beaucoup les visites à la maison. Et puis… Je veux pas que ça fasse trop loin pour toi, j’habite dans le Southside, tu sais… »

A l’école ce serait plus facile, mais je n’y retournerai pas avant janvier, c’est certain.

« Quand je pourrai sortir de la maison, il me faudra quelqu’un pour m’accompagner parce que ma mère refusera que je sorte seule, alors peut-être qu’on pourra se voir si je dis que tu es une personne de confiance. »

Ce n’est même plus à prouver. Elle l’a montré dès le premier jour où j’ai mis les pieds à Riverdale High.

(c) DΛNDELION



Contenu sponsorisé

#Message
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bàrbie ♦ total eclipse of the heart.
» RAL MAC
» Listing des marques de répliques
» MAC'ollection :)
» RETRO - Queen of heart soap
heart red dressed ❆ LadyFish
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Design par 2981 12289 0 | Codages par 2981 12289 0 et YOU_COMPLETE_MESS